12/02/2009

Écriture forcée

Je suis dans une mauvaise passe d'écriture, en ce moment. Peut-être les fantômes de mes personnages exterminés qui reviennent me hanter, je ne sais pas trop.

Ce genre de passe où tout ce qu'on pond est mauvais, qu'on n'arrive à rien, que tout est à recommencer. Que ce soit vrai ou non (dans le cas de la nouvelle sur laquelle je travaille, c'est objectivement plutôt nul, ça ne fonctionne pas du tout, ni narrativement, ni conceptuellement), c'est plutôt déprimant.

J'ai décidé de me forcer à la terminer au plus vite, d'avoir un début, un milieu et une fin, de laisser ça de côté pendant au moins un mois avant d'y revenir, quitte à tout réécrire rendu là. C'est ce que je viens d'achever, montant ma production de la journée à environ 1850 mots. Les Nanowrimeux (dit comme ça, ça ressemble à un concours de mauvaise poésie) ne seront certainement pas impressionnés, mais par rapport à ma rythme escargotique habituelle, c'est intense.

Et, vraiment, ç'a été pénible. J'ai tendance à fusionner écriture et réécriture, à polir mon texte au fur et à mesure, à remanier des passages pour accommoder le suivant, et ainsi de suite. Ici, j'étais tellement écoeuré par la débâcle qu'était devenue ma nouvelle que je continuais, même quand je voyais des trous logiques de la grosseur d'une éclipse solaire dans mon intrigue (et il y en a suffisamment pour priver la Terre de lumière pendant quelques années). C'était comme des ongles sur un tableau, dans ma tête. Vraiment, vraiment désagréable.

Tout de même, je suis maintenant débarrassé de cette nouvelle pour un temps. Ouf. Je veux faire la même chose avec un autre texte qui, espérons-le, est moins une cause perdue, m'atteler à la réécriture d'une troisième nouvelle pour en faire quelque chose de potable, et tout ça, d'ici le 15 décembre, date officielle du début de mon congé des fêtes (et, grosso modo, où je devrais recommencer sérieusement la rédaction de la suite de Les zombies dans nos campagnes, pour me détendre).

J'ai hâte.

12 commentaires:

  1. Tiens, pas toute seule à avoir un rythme lent. Vous escargot, moi tortue.

    RépondreEffacer
  2. Si ça peut vous consoler, j'en connais d'autres qui écrivent abominablement lentement, certains connus et reconnus, comme Claude Bolduc (n'est-ce pas?)

    Il ne faut pas se sentir complexé par la vitesse d'écriture des autres, je crois, c'est pas un concours, après tout, et l'important, au final, c'est le texte, pas les efforts et le temps qu'on a dilapidé dessus :)

    RépondreEffacer
  3. Pour le rythme d'écriture, me semble qu'il n'y a pas grand chose qui varie autant, à part le cours de la Bourse ces temps derniers :p

    @Guillaume : J'ai fait la même expérience que toi il y a pas si longtemps. J'ai fini une nouvelle en vitesse, parce qu'il me semblait qu'elle était vraiment nulle. Je l'ai mise de côté (deux mois) et je viens d'y revenir. Elle est pas si mal finalement. Et là je viens de trouver la façon de boucher les trous dans l'intrigue. Donc : patience, patience, courage, patiente... et ré-écriture.

    RépondreEffacer
  4. Bienvenue dans le club, vieux!

    J'ai l'impression que les derniers textes que j'ai écris, n'ont été que des merdes ultimes indignes même de porter un titre!

    Mais je crois qu'il est nécessaire (comme l'a si bien dit Francine Pelletier à Anticipation), d'écrire de mauvais texte qui nous trottent dans la tête, quitte à seulement les mettres sur papiers pour s'en exorciser, pour laisser la place aux meilleurs...

    J'espère seulement que mes prochains textes seront mieux!

    RépondreEffacer
  5. En effet, je suis une limace qui jute une longue trace baveuse dans son sillage.

    RépondreEffacer
  6. Ben non, Claude, c'est de la broue. Depuis le temps, tu devrais avoir appris à verser...
    :O)

    RépondreEffacer
  7. SONNET XXXIX FOR KATIE

    I went downtown, saw Katie in the nude
    on Common Avenue, detracted soltitude
    as it were, like a dream-state rosely hued,
    like no one else could see her; DAMN! I phewed;

    was reciprokelly then, thank heaven, viewed,
    bestowed unique hard-on! but NOT eschewed,
    contrair-ee-lee, she took a somewhat rude
    'n readidy attude of Sex Prelude; it BREWED!

    And for a start, i hiccuped "Hi!", imbued
    with Moooood! She toodledooed: "How queued
    your awe-full specie-ally-tee, Sir Lewd,
    to prove (alas!), to have me finely screwed,

    and hopef'lly afterwards beloved, wooed,
    alive, huh? Don't you even DO it, Duu-uuude!"

    My English Poetry Blog

    N'est-que pas que la solitude elle-mème eveille quelque attente fébrile? Voici l'entrée, vide, discrètetement illuminée comme une musée nocturne – la terasse, avec ses torchères ondoyantes par un soir d'Avent étrangement doux – laissant le vestibule et les murmures de voix – la chambre immaculée immaculée et la musique de danse derrière le mur – et le bar à cocktails mondains – le bassin où le nageur s'entrâine, longeur après longeur, il en n'a jamais assez, il doit y mettre de sien – enfin, tournant vers le haut au coin du sombre couloir vient la fille noire et pâle, altière, déterminée et de style épuré, ainsi qu'un moderne avion de chasse suédois.

    Poétudes

    More...

    Exit time. Las chicas dejan el espejo de bar
    dormindose en sus corazónes de alta traícion.
    El Señor no levanta. Él pastorea a sus pies
    los presuntos compradores. Y nos bendice.

    My spanish poetry blog

    More...

    Consider Sex and time, procreation, reincarnation. Trigonometry! I envisage the time axis as the repetitive tangens function. Do you see what I mean? What can be tentatively derived from this notion? Clue: orgasm AND birth pangs at tan 0.

    My Philosophy

    My Music Blog

    My Babe Wallpapers

    You are very welcome to promote your blog on mine. They are well frequented, so there's mutual benefit.

    - Peter Ingestad, Sweden

    RépondreEffacer
  8. What the fuck... De l'auto-publicité sur le blogue des autres... Dear fucking christ! 0_o

    RépondreEffacer
  9. C'est nul que tu aies l'écriture malheureuse. :(

    RépondreEffacer
  10. Il semble que vous soyez un expert dans ce domaine, vos remarques sont tres interessantes, merci.

    - Daniel

    RépondreEffacer
  11. Daniel : Expert de l'écriture ? Assurément pas !

    De la procrastination? Ces temps-ci, j'amasse pas mal d'expérience, en effet :)

    RépondreEffacer
  12. Conseils tres interessants. A quand la suite?

    RépondreEffacer